Foto 1

Interventions

 

1. Les différentes aspects de la géobiologie lors d’une intervention :

 

Il est possible de définir trois aspects liés directement en rapport avec la pratique de la géobiologie, ceux-ci sont intimement liés l’un à l’autre si l’on veut considérer la géobiologie dans la pleine expression de sa raison d’être :

L’aspect technique, technologique et scientifique, où seule la rigueur tant dans l’utilisation de matériels conformes aux exigences réglementaires et normatives que tant dans le respect des procédures, peuvent exprimer un résultat dans l’étude des phénomènes reconnus scientifiquement (essentiellement ceux qui sont en relation avec les nouvelles technologies telles que les champs électriques et électromagnétiques des lignes à Haute Tension, des relais de téléphonie mobile…).

L’aspect géographique et géologique, au sens large du terme, au travers duquel s’exprime le côté naturel de la planète « Terre « (eau souterraine, failles, divers réseaux géo – magnétiques).
L’aspect sacré, qui reste une notion essentielle au fonctionnement humain.
C’est ce caractère, qui va donner vie à la matière, et surtout amener à la compréhension de cette dernière. C’est aussi le chemin de la Spiritualité, notion différente de celle de la religion, et intimement reliée à l’évolution de l’esprit humain depuis les temps les plus lointains.
La prise en compte simultanée, par le géobiologue, de ces trois aspects, lui permet d’entreprendre un rééquilibrage complet du lieu, lors de son intervention.

 

2. L’obligation de moyen 

 

D’une manière générale, l’activité du géobiologue ne lui impose qu’ une obligation de moyens. Cette disposition le contraint à utiliser un matériel et des techniques appropriés à ses investigations.

 

a) Le devoir de conseil :

 

Le géobiologue est soumis au principe général de l’obligation d’information et de conseil au même titre que l’architecte, le médecin, l’entrepreneur installateur de matériaux

 

b) Le secret professionnel :

 

Dans le cadre de son activité, tout géobiologue est amené à prendre connaissance d’informations confidentielles, concernant la vie privée de son client. Cette relation privilégiée crée, de fait, une obligation de secret professionnel.
c) L’éthique :

 

Le géobiologue professionnel doit respecter une éthique dans sa conduite. À ce titre, il doit notamment proposer à son client des solutions réalistes, ne suscitant ni la peur ni l’affolement. Il doit aussi éviter de donner de faux espoirs.

 

3. Le praticien en géobiologie, un prestataire de service

 

En France, le contrat de prestations de services du géobiologue conclu avec un client non – professionnel est soumis à l’ensemble de la réglementation protectrice des consommateurs (Code de la Consommation, art. L111—1 et s). Le champ d’application concerne aussi bien l’intervention, l’expertise de géobiologie que la vente de marchandise s’y rattachant.

 

4. Documents commerciaux et leurs mentions obligatoires

 

Tout géobiologue doit remettre à ses clients une facture détaillée sur laquelle figurent les mentions légales. Ce document obligatoire justifie le paiement du client et permet, en cas de revente du bien immobilier, d’attester d’une valeur ajoutée portant sur l’aspect qualitatif du terrain ou du bâtiment.

 

 

5. Le rôle de la géobiologie :

 

Le géobiologue a un rôle préventif et curatif :
Le rôle préventif est certainement le plus intéressant, tant dans l’action du géobiologue que dans la démarche du demandeur.
Le rôle curatif est bien souvent tardif et désespéré. C’est le rôle le plus ingrat, celui qui comptabilise le plus d’échecs.
Le géobiologue se présente alors comme le dernier espoir ; mais il aurait dû être le premier : sur ces conseils, le client aurait été en mesure de bien choisir son lieu de vie. Ce lieu qui doit lui apporter le calme, la sérénité, le bien-être et la santé.


 

  • Catherine BELLON
  • La Caire
  • 63480 BERTIGNAT
  • Tél : 04 73 82 08 32
  • SIRET : 501 863 161 00011
  • NAF : 46182